Liste des membres

Membres nommés par le gouvernement du Québec

Suzann Méthot, présidente

C’est en plein boom minier et forestier que Suzann Méthot est née et a grandi sur la Côte-Nord, à Port-Cartier. Puis, après une douzaine d’années passées à travailler dans l’environnement télévisuel et radiophonique dans la grande métropole, le Nord la rappelle. S’en suivront une vingtaine d’années d’engagement pour la mise en valeur de la culture autochtone, la protection de l’environnement et un développement ordonné du nord québécois au bénéfice des gens qui l’habitent. Ces années l’amèneront à renouer avec ses congénères, en plus de développer un large réseau de relations auprès des leaders des Premières Nations et inuits de divers horizons. Elle s’enrichit dès lors d’une carrière dédiée au développement durable nordique s’attardant particulièrement à une vision intégrée de l’aménagement du territoire reposant sur la protection de l’environnement, et le respect des droits et intérêts des peuples autochtones.

Avant d’entreprendre en mars 2016 la présidence du COMEX, Suzann a agi à titre de directrice au Québec pour l’Initiative Boréale Canadienne puis de responsable au Québec de la Campagne Internationale pour la Conservation Boréale. Depuis 2009, elle travaille auprès des gouvernements et de nombreuses parties prenantes concernées à la mise en œuvre d’une vision équilibrée du développement et de la conservation nordique par l’application de mesures d’aménagement et de processus de prises de décisions qui ont recours aux meilleures connaissances et pratiques de gestion durable.  Elle a notamment siégé à la Table des partenaires du Plan Nord à titre de co-présidente du groupe de travail sur le développement durable, puis à l’Assemblée des partenaires du Plan Nord. Elle a également multiplié la tenue de tables et rencontres de concertation réunissant scientifiques, autochtones, industrie et gouvernements autour d’enjeux communs reliés au territoire. Citons notamment la tenue des Séminaires nordiques autochtones du Mushuau Nipi ainsi que le Symposium scientifique international : Planifier la conservation des grands écosystèmes nordiques québécois, le défi de la décennie. Précédemment, elle a agi à titre de conseillère au développement durable pour la Société de développement Angus. Au fil des années, elle a également siégé aux conseils d’administration du Conseil de l’Environnement de Montréal, du Jour de la Terre, de la Fondation Rivières, des Amis du Mushau Nipi et de la Station de recherche des îles de Mingan. Elle est régulièrement sollicitée à titre de panéliste, sur la scène nationale et internationale, sur les thèmes qui lui sont chers et pour lesquels elle a développé une expertise, en plus de participer à de multiples consultations gouvernementales traitant de différents enjeux reliés au territoire nordique québécois.

Daniel Berrouard

Daniel Berrouard est biologiste au ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et y agit à titre de coordonnateur ministériel aux affaires autochtones. Il travaille pour ce ministère, dans le domaine de l’environnement nordique, québécois depuis plus de 35 ans.

Au cours de sa carrière, il a résidé avec sa famille pendant une dizaine d’années dans le territoire d’Eeyou Istchee Baie-James. Ses premières expériences avec le territoire remontent à 1973, à titre d’étudiant, pour le Centre d’étude nordique de l’Université Laval. De 2006 à 2010, il a assumé le poste de chef de service de l’Aménagement de la faune de la région du Nord-du-Québec.

Il est actuellement membre du Comité d’évaluation (COMEV), du Comité d’examen (COMEX) et de la Commission de la qualité de l’Environnement Kativik (CQEK). Il a également été membre du Comité consultatif pour l’Environnement de la Baie James (CCEBJ) et du Comité conjoint de Chasse, de Pêche et de Piégeage (CCCPP).

Robert Joly

Robert Joly détient une maîtrise en sciences biologiques de l’Université de Montréal.
Entré dans la fonction publique québécoise en 1976, il a cumulé 35 années d’expérience dans divers domaines reliés à l’environnement d’abord au ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche, puis au ministère du Conseil exécutif.

En 1990, il entre au ministère de l’Environnement comme conseiller auprès du sous-ministre adjoint au Développement durable. En 1992-1993, il agit comme directeur par intérim au sein de la Direction générale des évaluations environnementales. À partir de 1993, il est responsable du développement à la Direction des évaluations environnementales puis, de 1996 à 2002, il est coordonnateur du Programme de stabilisation des berges suite aux pluies diluviennes de juillet 1996.

Enfin, de 2002 à 2011, il est chef du Service des projets industriels et en milieu nordique puis directeur par intérim des Évaluations environnementales. Retraité depuis avril 2011, il a été président du Comité de l’évaluation environnementale stratégique sur les gaz de schiste de 2011 à 2013.

Robert Joly a été membre du Conseil d’administration de l’Association québécoise pour l’évaluation d’impacts (AQEI) pendant plusieurs années et président du Secrétariat international francophone pour l’évaluation environnementale (SIFÉE) en 2003- 2004 et 2008-2009.

Membres nommés par le Gouvernement de la nation crie

Brian Craik

M. Craik, né à South Porcupine en Ontario en 1948, est un anthropologue ayant travaillé sur des questions autochtones au Canada depuis 1972. Il a étudié la culture et la langue des Cris de l’Est et travaille présentement en anglais, en cri et en français. Il est un des membres, nommé par le Gouvernement de la nation crie, du COMEX, du Comité d’évaluation (COMEV) et de la Commission de la région marine d’Eeyou chargée de l’examen des répercussions. M. Craik assure également la coordination des relations entre les Cris et le gouvernement fédéral. Il a été membre des équipes de négociation cries ayant travaillé sur des accords portant sur le développement des ressources naturelles, sur le développement hydroélectrique, sur les relations Cris/Canada, sur les droits extracôtiers des Cris dans la Baie-James et dans la Baie d’Hudson et sur la gouvernance crie. Finalement, M. Craik a de plus travaillé avec les Micmacs de Conn River, les Cris du Lac Lubicon en Alberta et le gouvernement fédéral.

Paul John Murdoch

Me Paul John Murdoch est associé et fondateur du cabinet Murdoch Archambault Avocats. Membre de la Nation crie du Québec, Me Murdoch figure comme le premier représentant de sa nation à être membre du Barreau du Québec. Admis au Barreau du Québec en 2001, il a su intégrer les enseignements et les valeurs de son ascendance autochtone dans sa pratique juridique dans le Nord québécois. Il occupe aujourd’hui le poste de Secrétaire du Gouvernement de la Nation Crie et a été ambassadeur de son Peuple et de ses communautés auprès du Parlement Européen, l’Organisation des Nations Unies et à l’Assemblée nationale du Québec. Me Murdoch s’exprime en cri, anglais, français et espagnol et a sa place d’affaires à Wemindji, Baie James. Étant pilote, il est en mesure de rencontrer ses clients et partenaires à travers tout le Nord du Québec.

Outre le droit autochtone, il pratique dans les domaines du droit des affaires et du droit administratif. Il agit comme conseiller juridique auprès de plusieurs sociétés autochtones. Il a orchestré d’importantes négociations impliquant des développements hydroélectriques, miniers, éoliens et forestiers. En 2002, il a participé aux négociations qui ont menées à l’entente de La Paix des Braves, il y gérait le volet hydroélectrique des pourparlers.

Il a été président d’un important consortium financier autochtone qui a conduit à l’exécution de plus de 600 millions de dollars en contrats de construction. Me Murdoch est responsable de la mise sur pieds de la Société Niskamoon qui organise des actions concrètes de développement dans le Nord du Québec et joue un rôle important dans les programmes de suivis environnementaux des projets hydroélectriques.

Il a de plus, contribué à la conclusion d’un pacte de collaboration entre la Nation Crie de Wemindji, le Gouvernement de la Nation Crie et la compagnie minière Goldcorp suite à des négociations concernant le développement du projet Éléonore, à Wemindji.

Me Murdoch travaille à la conciliation de différents groupes. Il a fondé un partenariat entre les peuples Cri et Ngöbé-Buglé du Panama par un projet d’énergie solaire.

Il a travaillé en collaboration avec la Banque Mondiale en vue d’améliorer ses règles internes à l’égard des autochtones. Il a également entretenu des échanges avec la Banque Interaméricaine de Développements. Enfin, Me Murdoch a récemment participé à l’amélioration d’un programme de développement communautaire dans le cadre d’un projet pétrolier de grande envergure aux iles Sakhaline en Russie.

À l’été 2007, Me Murdoch a enseigné le droit autochtone en territoire cri pour la Section de droit civil de la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa. Ce cours d’été se concentre sur les lois internes de la nation crie et la manifestation de ces lois modernes gouvernementales et du développement des relations à cet égard.

Outre la pratique du droit, Paul John Murdoch est un artiste de carrière qui se démarque par ses immenses portraits et murales. Ses plus récentes œuvres peuvent être admirées dans la salle de conférence du bureau de Montréal ainsi que dans la salle des Peuples autochtones au Sénat du Canada à Ottawa.